RURALYS 1650, rue de la Ferme, Sainte-Anne-de-la-Pocatière (Québec) G0R 1Z0   /   téléphone : 418 856-6251   /   info@ruralys.org   / ruralys.org

Verger conservatoire

Le Verger patrimonial de la Côte-du-Sud ,
c’est enfin parti !

 

Les fruits sont mûrs !

 

Il y a plus de dix ans, Ruralys entreprenait des démarches pour recenser les arbres fruitiers de la Côte-du-Sud ayant un caractère patrimonial. Ces démarches ont permis d’identifier des variétés anciennes de pommes, de poires et de prunes propres à la région. Notre expertise a permis de multiplier et de conserver ces variétés puis, de les implanter dans une parcelle du verger anciennement le verger historique de la Ferme expérimentale fédérale appartenant au Centre de développement bioalimentaire du Québec, c’était le Verger conservatoire créé en 2004.

 

Au printemps 2016, Ruralys se voyait confier la gestion de l’ensemble du verger de l’ancienne Ferme expérimentale fédérale par le Centre de développement bioalimentaire du Québec afin d’y réaliser un projet plus ambitieux, le Verger patrimonial de la Côte-du-Sud.

 

Au début de l’été, nous apprenions que la MRC du Kamouraska allait subventionner le projet via le Fonds de développement des territoires - Volet amélioration des milieux de vie. Nous pouvions amorcer un projet sur trois ans et en trois volets qui, à terme, allait nous permettre d’accroître la capacité de production du verger, de le rendre autonome financièrement, assurant ainsi la pérennité d’un important programme de conservation, de commercialisation, de diffusion et de mise en valeur.

 

 

Volet 1 - La conservation

 

Lorsque nous en avons pris possession du verger de 1.5 hectares, nous nous sommes aperçus qu’il avait souffert d’un manque d’entretien. L’espace du verger et ses arbres devaient être protégés, revalorisés et remis en état. On retrouve plusieurs parcelles d’arbres fruitiers: la parcelle conservatoire, celle des pommiers et des poiriers, et une parcelle à transformer en pépinière, en site expérimental et en espace communautaire.

 

L’accès au verger n’était pas contrôlé. L’installation d’une clôture dans des périmètres ciblés s’est donc rapidement imposée. Le but n’était pas d’empêcher les gens de venir, mais d’encadrer leur présence sur le site et d’optimiser les efforts de remise en état du verger. Une bonne signalisation et des espaces bien structurés permettront de maximiser nos interventions.

 

Suite à des travaux de taille au printemps, nous nous sommes surtout attardés cet été à soigner les arbres atteints par les insectes ou la maladie. Nous avons aussi inventorié et identifié chaque arbre de façon à faire une analyse des capacités de production du verger.

 

 

Volet 2 - La  commercialisation

 

En vue de diversifier nos sources de revenus, nous nous doterons d’un programme d’activités reliées à la vente d’arbres, à la production de produits dérivés, et à l’autocueillette de fruits. Bien sûr nous produisons et vendons déjà des arbres patrimoniaux, mais nous en augmenterons la production. L’implantation d’une pépinière dans le verger nous permettra de produire des arbres à moindre coût et d’avoir une production de plus grande envergure. La pépinière jouera aussi un rôle clé dans la revitalisation du verger, car nous y produirons les arbres servant à remplacer ceux qui sont en fin de vie. Un plan de régénération du verger sera complété pour sélectionner les cultivars en fonction de leurs caractéristiques de croissance et de résistance en plus des qualités propres aux fruits produits.

 

Afin d’assurer la vitalité économique du projet, des activités de vente de biens et de services seront organisées: journée d’autocueillette, vente d’arbres et de fruits. Cet automne, nous avons pu faire trois journées de vente de fruits directement au verger. Une activité très appréciée de la population, ce qui démontre le grand potentiel de cette activité.

 

À part le plaisir des yeux au printemps, pourquoi entretenir un verger si ce n’est pour goûter les fruits, sous toutes ces formes? C’est ce que nous entendons faire, en développant  différents projets en partenariats avec les entreprises en agroalimentaire de la région. On pense ici à des microbrasseries, l’incubateur bioalimentaire du Centre de développement bioalimentaire du Québec et bien d’autres. Nous souhaitons prendre notre place sur le marché de la transformation agroalimentaire en produisant des alcools de poires ou autres produits. Nous voulons aussi procéder à des activités de recherche, d’expérimentation et de développement, de mise en marché avec les centres de recherche de la région.  On pense ici à l’introduction de moutons en pâturage dans le verger ouvrant aussi des perspectives en agrotourisme.

 

 

Volet 3 - La diffusion et la mise en valeur

 

Le troisième volet misera sur la diffusion et la mise en valeur des connaissances.  L’implantation d’un verger en permaculture permettra de diffuser de l’information sur les techniques de culture soucieuses de l’environnement et servira de modèle pour le démarrage d’initiatives similaires. Nous voulons y attirer les citoyens qui s’intéressent à la prise en charge alimentaire, de la terre à la table.

 

Ouvert à tous et toutes, le verger communautaire devrait plaire aux familles qui pourront entretenir leur arbre et goûter leurs fruits. Cela permettra de développer un sentiment d’appartenance et de fierté dans la communauté. À terme, le verger communautaire sera un lieu de rencontre, d’échanges et une source de fierté régionale.

 

Enfin  plusieurs activités de diffusion et d’animation seront développées : ateliers de taille; conférences sur l’entretien des arbres, les maladies, les techniques de multiplication et sur l’histoire de l’horticulture fruitière; ateliers de démonstration sur les techniques de permaculture de même que des activités plus festives telles qu’une journée de dégustation ou une fête des récoltes. Tout un programme!

 

Le projet du Verger patrimonial de la Côte-du-Sud assurera la conservation et la mise en valeur d’un verger historique, unique et hautement significatif pour la région.

 

Nous lancions le 17 novembre dernier la campagne de financement Ceci n’est pas un fruit; c’est un legs! dans l’espoir de recueillir 60 000 $ d’ici le 16 juin 2017. Cette date marquera la fin de la campagne, et ce, à l’aube du 15e anniversaire de Ruralys!

 

________________________________

 

Activités au Verger

 

Ruralys se propose d’offrir aux intéressés un atelier de taille d’arbres fruitiers au Verger patrimonial dès le printemps prochain, à la fin mars ou au début du mois d’avril. Visitez régulièrement notre site ou suivez-nous sur Facebook afin de ne pas rater cette opportunité!

 

________________________________

 

Vente d’arbres fruitiers

 

2016 aura été une année difficile en matière de production d’arbres. Une grande partie de notre « stock » a été affectée par la brûlure bactérienne si bien que nous avons dû jeter une importante quantité d’arbres. Qu’à cela ne tienne, nous allons produire davantage d’arbres! Vivement la pépinière au verger pour nous permettre de reproduire nos arbres en plus grande quantité et de répondre à une demande de plus en plus croissante!

 

________________________________

 

Campagne de financement 2016-2017

 

Ceci n’est pas un fruit : c’est un legs !

 

Objectif : 60 000 $

 

Chers membres, vous avez sûrement reçu un courriel de Ruralys vous invitant à souscrire à notre effort de financement en participant,  notamment au programme Adoptez un arbre !

 

S’il vous plait, suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/patrimoinerural.ruralys/

 

Visionnez nos capsules et laissez- vous tenter, adoptez un arbre ! Il s’agit d’un beau cadeau de Noël à offrir pour vous et votre famille!  Parlez-en à vos amis et à votre entourage. Votre participation signifie aussi votre appui à notre organisme qui fêtera son 15e anniversaire !

 

Toutes les informations ici : http://www.ruralys.org/assets/formulaire_lignes.pdf

 

Merci et …bonne année 2017 !

 

Nos partenaires