Numéro 9, décembre 2018

RURALYS 1650, rue de la Ferme, Sainte-Anne-de-la-Pocatière (Québec) G0R 1Z0   /   téléphone : 418 856-6251   /   info@ruralys.org   / ruralys.org

Nouvelles des projets et des contrats

 

 

Balado « Ralentis, la marée monte! »

 

Partenaire dans ce projet de docu fiction du Musée maritime du Québec, Ruralys a participé à la présentation du projet avec quelques extraits inédits à la semaine du patrimoine à Saint-Roch-des-Aulnaies. Rappelons que la directrice Dominique Lalande a participé à l’enregistrement de la bande audio en partageant des contenus sur le patrimoine et les paysages. Cette création auditive est pensée pour une mise en valeur originale du patrimoine maritime entre l’Islet et Saint-Roch-des-Aulnaies à travers des personnages, des sites, des paysages, l’architecture et la tradition orale. Le lancement de cette promenade pas comme les autres « Ralentis, la marée monte! » est prévu au printemps 2019.

 

Archéo en rafale

 

Au cours des derniers mois, Ruralys a poursuivi ses activités d’intervention en archéologie avec de nouveaux chantiers mais aussi avec la production de plusieurs rapports.

 

Intervention archéologique sur le site du Parc du Bois-de-Coulonge, Québec

Une surveillance archéologique a été réalisée pour la pose d’une clôture dans la partie sud-ouest du parc. Cette intervention archéologique n’a pas permis de retrouver des traces d’occupation humaine sur ce site patrimonial du secteur de Sillery de la ville de Québec.

Client : La Commission de la Capitale Nationale

 

 

Rues Nobel, Général-Vanier et de l’Académie, Québec

Deux inventaires archéologiques ont été réalisés dans les rues Nobel à Beauport et Général-Vanier à Limoilou dans le cadre de travaux d’aménagement du réseau d’aqueduc. Ces interventions archéologiques ont été réalisées pour l’occupation amérindienne à la préhistoire mais les résultats se sont avérés négatifs. Cependant des traces d’occupation historique ancienne ont été observées. Des sols de labour et des artefacts historiques témoignent d’une occupation historique ancienne à partir du 18e siècle dans ce secteur de la ville. Pour la rue de l’Académie à Beauport, la surveillance archéologique n’a pas permis de retrouver des traces d’occupation historique. Les rapports sont en cours de rédaction.

Client : Ville de Québec

Inventaire archéologique projet du réseau d’aqueduc et d’égout de la route 132, Municipalité de Saint-Anne-de-la-Pocatière

Suite à un avis de potentiel archéologique démontrant le fort potentiel d’un secteur patrimonial de la municipalité, un inventaire archéologique a été réalisé en bordure de la 132 dans un secteur patrimonial de la municipalité. Il s’agit du berceau villageois de Saint-Anne-de-la-Pocatière avec l’emplacement de ses premières églises. Rappelons que trois églises auraient été construites au cours du 18e siècle à proximité de l’ancien cimetière de la paroisse. La première, une chapelle en bois a été bâtie en 1715 tandis que la 2e et la 3e construites en pierre ont été respectivement érigées en 1735 et 1766.Toutes les trois ont été détruites par le feu. Les sondages archéologiques ont permis de retrouver une partie des fondations de la 2e ou de la 3e église du côté sud de la route. Des artefacts du 18e siècle, soit de la faïence française, des clous, quelques ossements et des traces d’incendie confirment l’ancienneté de ce vestige. Il s’agit d’une découverte archéologique majeure pour la municipalité et pour l’histoire locale et régionale. Les fondations de l’église se poursuivent sous la route 132. L’analyse des données sont présentement en cours. Si le projet du réseau d’aqueduc et d’égout se concrétise les archéologues seront à nouveau sur place !

Client : Municipalité de Saint-Anne-de-la-Pocatière

 

 

Étude de potentiel et inventaire archéologique des sites miniers de Saint-Urbain, Charlevoix

Cette recherche archéologique vise à doter la municipalité de Saint-Urbain d’un outil de connaissance et de gestion des ressources archéologiques sur les sites miniers et ce à des fins de développement touristique. L’étude de potentiel archéologique permettra de découvrir les sites archéologiques reliés à l’industrie minière. Un inventaire pourra valider le potentiel d’interprétation et de mise en valeur de l’histoire et de l’archéologie industrielle de la municipalité de Saint-Urbain pour offrir une nouvelle expérience touristique aux visiteurs.

Client : Municipalité de Saint-Urbain



Surveillance archéologique du Terminus des Chutes, Beauport

Des travaux d’aménagement ont eu lieu au Terminus des Chutes à Beauport. La surveillance archéologique des travaux d’exca-vation n’ont pas permis de découvrir des traces anciennes d’occupation humaine.

Client : Réseau de transports de la Capitale

 

 

Étude de potentiel archéologique pour le projet de réseau d’aqueduc et d’égout de la municipalité les Hauteurs, La Mitis

Afin de planifier les travaux du projet de réseau d’aqueduc et d’égout de la municipalité Les Hauteurs, une étude de potentiel archéologique permettra d’évaluer les impacts des travaux sur les ressources archéologiques potentielles.

Client : Municipalité Les Hauteurs


Avis de potentiel archéologique pour la Maison du Kamouraska, La Pocatière

Un avis de potentiel archéologique a été demandé pour le projet de la Maison du Kamouraska située dans le secteur de la halte routière à La Pocatière. Ce site est à l’emplacement de l’ancien quai de La Pocatière, un lieu patrimonial.

Client : MRC de Kamouraska

 

Surveillance archéologique lors d’une découverte fortuite d’ossements humains à Témiscouata-sur-le-Lac (secteur Notre-Dame-du-Lac)

Lors de travaux d’excavation sur un chantier de Construction GRT Les habitations populaires de l’Est et de la coopérative Atena pour ériger une résidence de personnes agées (OMH), des ossements humains ont été découverts. Cette découverte fortuite a nécessairement fait appel à la Sécurité du Québec et au bureau du Coroner. Rappelons que les travaux sont situés dans le secteur de Notre-Dame-du-Lac à Témiscouata-sur-le-Lac au cœur du village soit à proximité de l’église juste à la limite de lot de l’ancien cimetière fermé en 1965. À la demande du ministère de la Culture et des Communications, une surveillance archéologique était requise et le tracé des canalisations modifié. La surveillance archéologique a mis au jour 14 sépultures et deux pierres tombales. Il faut mentionner que lors de la fermeture du cimetière à la fin des années 60, il y a eu déménagement des défunts. Tout porte à croire que certaines sépultures n’ont pas été déménagées! Une fois les relevés faits, les ossements épars recueillis, le tracé a encore été modifié pour être sûr de ne plus être dans les limites de l’ancien cimetière. L’analyse des données archéologiques est en cours. Les ossements une fois analysés par une bioarchéologue seront retournés à la Fabrique pour une réinhumination dans le nouveau cimetière.

Client : TecniPro Bas-Saint-Laurent

 

Pour en savoir plus :

 

https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/l-heure-de-l-est/segments/entrevue/93989/ossements-humains-temiscouata-sur-le-lac?fbclid=IwAR1ICeskkc8iFRhQoyWl8ZmfHBKO-o2Mri7zdFlwpcxuhFuwtHkNDB7EQ0s

 

Découverte majeure à Québec : Les vestiges de la palissade de Beaucours

Une découverte majeure a été réalisée par Ruralys au 71-73 rue Saint-Ursule à Québec celle du rempart palissadé de Beaucours datant de 1693. Des travaux de surveillance et de fouille archéologique sur un terrain privé ont abouti à une découverte archéologique majeure pour l’histoire de Québec et pour nous aussi!

 

Ce vestige en excellent état de conservation est un des premiers ouvrages de fortifications selon les plans de l’ingénieur militaire français Josué Dubois Berthelot de Beaucours correspondant à une portion de l’ancien bastion Saint-Louis. Il s’agit de la deuxième enceinte qui a remplacé le premier système de fortification construit temporairement en 1690 selon les plans de l’ingénieur militaire Robert de Villeneuve. Il s’agit des vestiges en bois d’une plate-forme sur une vingtaine de mètres accueillant des pieux et une portion de la banquette de l’ouvrage fortifié.

 

Une fois le vestige dégagé et enregistré par l’équipe d’archéolo-gues de Ruralys, le ministère de la Culture et des Communica-tions a procédé à un scann 3D puis au prélèvement pièces par pièces de la partie centrale du vestige par le Centre de conservation du Québec et ce afin de le conserver pour une éventuelle mise en valeur.  Ruralys a porté assistance à ces deux opérations. Les vestiges prélevés subiront un traitement pour procéder à son séchage contrôlé pour sa conservation à long terme.

 

Cette découverte majeure dans le site patrimonial du Vieux-Québec a fait l’objet d’une conférence de presse le 6 novembre dernier par le premier ministre du Québec M. François Legault, le maire de Québec, M. Régis Labaume, la ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française, Mme Nathalie Roy et la vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale Mme Geneviève Guilbault. Cette annonce a eu une grande portée médiatique et ce au-delà des frontières canadiennes!

 

Ruralys est donc fière d’avoir contribué à cette découverte archéologique et aux nouvelles connaissances de l’histoire des fortifications de la ville de Québec.

Client : Garoy Construction et Ministère de la Culture et des Communications

 

Pour en savoir plus :

 

https://www.quebec.ca/premier-ministre/actualites/detail/le-rempart-palissade-de-beaucours-retrouve-dans-le-vieux-quebec/

 

https://mcc.gouv.qc.ca/index.php?id=6293

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1134201/decouvertes-archeologique-fortifications-1693-decouvertes-a-quebec

https://www.ledevoir.com/societe/540729/decouverte-archeologique-de-taille-a-quebec

https://www.leplacoteux.com/ruralys-derriere-plus-recente-decouverte-archeologique-vieux-quebec/

https://l.facebook.com/l.php?u=https%3A%2F%2Fici.radio-canada.ca%2Fpremiere%2Femissions%2Fles-annees-lumiere%2Fepisodes%2F419934%2Faudio-fil-du-dimanche-11-novembre-2018%2F5%3Ffbclid%3DIwAR2P7Gs4KiepthPnEmf4SBeHmux9_s9iDfj_Ud2bXqHac7g4RNhyaPaejfY&h=AT3w2KBdMiTho3Ay-wck94hsOfQS7Z4VONFhxu0r4sVRIsMff7VsSbXKWz7QbVHLSUyOWq72MZz7tTqyz3X0d5lTAlU6D0zJ1yNfZH6FCmE4Ze_biFYriMspRYchohM8WbIFHn7RTYWHjX00wWEuf1LBPRQf

 

 

Paysages

Portrait des paysages du sud de l’Estuaire du Saint-Laurent, Table de concertation régionale du Sud de l’Estuaire du Saint-Laurent

Un portrait des paysages du sud de l’Estuaire du Saint-Laurent présente les trois ensembles paysagers :  les archipels et les îles, le littoral, la plaine et les basses-terres. Les composantes clés des paysages permettent la mise en valeur de certains thèmes et l’identification de problématiques ou enjeux du territoire. Quatre initiatives de protection et de mise en valeur des paysages sont présentées : le sentier du Petit-Cap et le sentier riverain à Cap-Saint-Ignace, le sentier d’interprétation maritime à Saint-Jean-Port-Joli, le projet de désignation d’un paysage culturel patrimonial pour les pointes aux Orignaux et aux Iroquois à Rivière-Ouelle et les paysages de rang à Notre-Dame-des-Sept-Douleurs sur l’île Verte. Ces projets permettent d’apprécier comment des initiatives locales peuvent contribuer à mettre en valeur le patrimoine maritime paysager. Sous forme de fiches, ce document fait partie du portrait des grands enjeux du territoire couvrant le sud de l’estuaire moyen du Saint-Laurent.

Client : Le Conseil du Saint-Laurent

Photo : Beaulieu Lavoie photographe

 

Pour en savoir plus :

 

https://tcrsudestuairemoyen.org/

 

 



Plan de conservation pour le paysage culturel patrimonial des pointes aux Orignaux et aux Iroquois, Rivière-Ouelle

Le projet se poursuit dans le dossier de Désignation de paysage culturel patrimonial des pointes aux Orignaux et aux Iroquois de Rivière-Ouelle. Rappelons que suite à l’analyse du dossier par le ministère de la Culture et des Communications et à son acceptation de franchir la prochaine étape vers le statut de désignation, la municipalité de Rivière-Ouelle nous a mandaté pour réaliser un plan de conservation et de les accompagner dans cette démarche.  Le plan de conservation est un outil qui permettra à la municipalité de gérer ces paysages et d’avoir un regard éclairé pour toutes interventions dans ces deux secteurs. Il constitue un document d’intention de mise en œuvre d’actions concrètes pour la présevation et la mise en valeur des paysages. La concertation est au cœur de la démarche. La rédaction du plan de conservation est présentement en cours et une première consultation avec un « Fo-cus group » a été réalisée. Les prochaines étapes seront de valider  ce plan avec les différents intervenants tout en rejoignant les résidents de Rivière-Ouelle par un sondage.  Cette démarche va aboutir au printemps à une consultation publique. Le dépôt du plan de conservation est prévu pour juin 2019.

Client : Municipalité de Rivière-Ouelle en partenariat avec la MRC de Kamouraska.

 

 

 

 

 

Atelier sur le patrimoine bâti de l’Islet-sur-mer

Un atelier sur le patrimoine bâti du territoire couvert par le Plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) à l’Islet-sur-Mer a permis au comité consultatif d’urbanisme et au conseil municipal de se familiariser à leur patrimoine architectural, aux principes de conservation, aux bonnes pratiques et au PIIA couvrant le secteur de l’Islet-sur-Mer. Des études de cas dans la municipalité ont été présentées permettant ainsi des échanges constructifs.

Client : Municipalité de l’Islet


Étude patrimoniale du site de l’église de
Notre-Dame-des-Neiges à Trois-Pistoles

Avant de procéder au classement de l’église par le gouvernement du Québec, une étude patrimoniale de l’église et de son site a été réalisée. Notre mandat était de documenter l’histoire de l’occupation du site et d’évaluer son potentiel archéologique. Il fallait aussi prendre aussi en considération l’architecture, l’aménagement et les paysages. Cette étude a réuni plusieurs expertises en histoire, en archéologie et en paysages. Cette étude permet d’avoir un outil de connaissance et de gestion sur différents volets du patrimoine de ce site patrimonial de Trois-Pistoles. Le rapport a été déposé.

Client : Ministère de la Culture et des Communications

 

 

Patrimoine bâti

 Artson Image

Église de L'islet-sur-mer

Photo : Beaulieu Lavoie photographe