L'arrivée des Européens et la colonisation du territoire

La fondation de Québec et la colonisation française

La fondation de Québec en 1608 marque le début de la colonisation française. Le fondateur de la colonie, Samuel de Champlain, érige cette même année l’Abitation sur la Place Royale qui fut l’objet de fouilles archéologiques d’envergure au cours des années 1970.

Principalement basée sur le commerce des fourrures, la colonie progresse lentement à l’instar de son peuplement. En effet, le climat rigoureux attire peu de nouveaux immigrants et le commerce des fourrures nécessite peu de main d’oeuvre. Le site du Poste-de-Traite-de-la-Ashuapmushuan représente parfaitement l'époque de la traite des fourrures. 

En privilégiant une nouvelle administration, le roi de France Louis XIV tente de relancer la colonie en 1663. Il introduit la fonction d’intendant qui partage la gestion de la colonie avec le gouverneur qui réside au Château Saint-Louis. Jean Talon fut le premier intendant de la Nouvelle-France et le site archéologique du Palais de l’Intendant, l’Îlot des Palais, reflète quelques-unes des activités relatives aux débuts de la colonie.

 

Peu à peu, la population de la colonie augmente, et ce, principalement grâce à un taux de natalité élevé. Cependant, la population de la colonie française ne se compare en rien à celle des colonies britanniques. Vers 1750, la Nouvelle-France compte 60 000 habitants comparativement à 2 000 000 d’habitants pour les colonies britanniques situées sur la côte est des États-Unis actuels. Ainsi, lorsque des conflits européens comme la Guerre de succession d’Autriche (1740-1748) se transposent en Amérique, les forces combattantes sont inégales. Suite à la prise de Québec par les Britanniques en 1759 et de Montréal en 1760, la France leur cède, en 1763, la Nouvelle-France par le biais du Traité de Paris.

Bombardement de Québec

Voyez la Nouvelle-France à travers cette exposition virtuelle.

 

Flèche2Flèche

 

 

Ruralys©2002-2011. Tous droits réservés.

Conception Jacques Laberge Communication et Ruralys